Menu

L'énergie nucléaire est utilisée
dans de nombreux endroits de la planète

L'énergie nucléaire en Espagne : évolution et fermeture des centrales nucléaires

L'énergie nucléaire en Espagne : évolution et fermeture des centrales nucléaires

L'Espagne est l'un des quatorze États membres de l'Union européenne qui possède des centrales nucléaires en exploitation.

L'énergie nucléaire représente plus de 20 % de la production totale d' électricité en Espagne.

Les principales sources de production du système électrique espagnol sont : le gaz naturel, l'énergie nucléaire, d'autres sources d'énergie (telles que la cogénération, la mini-hydroélectricité, la biomasse ou l'utilisation de déchets) et enfin, d'autres énergies renouvelables : l'énergie hydraulique et l'énergie éolienne. .

La plupart des déchets radioactifs générés en Espagne sont d'activité très faible, faible et moyenne. La gestion des déchets nucléaires est effectuée dans l'entrepôt centralisé d'El Cabril (Córdoba).

L'Espagne fait partie du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) en tant qu'État sans armes nucléaires. En 1998, elle a signé le protocole additionnel relatif à ses accords de garanties avec l'AIEA et Euratom.

Actuellement, l'Espagne importe tout le combustible nucléaire à l'uranium. Cependant, l'Espagne possédait plusieurs mines d'uranium qui étaient gérées par ENUSA et ont déjà été démantelées.

Centrales nucléaires en exploitation en Espagne

Actuellement en Espagne, il dispose de sept réacteurs en exploitation d'une puissance totale de 7121 MWe :

Centrale nucléaire Type de réacteur Puissance nette (MWe) Année de mise en service

Almaraz Central 1

Eau sous pression (REP)

1011

1981

Centrale électrique d'Almaraz 2

Eau sous pression (REP)

995

1983

Ascó Central 1

Eau sous pression (REP)

995

1983

Centre d'Asco 2

Eau bouillante (BWR)

997

1985

Central de Cofrentes

Eau sous pression (REP)

1064

1984

Central de Trillo 1

Eau sous pression (REP)

1003

1988

Central de Vandellòs 2

Eau sous pression (REP)

1045

1987

Plantes de première génération

L'énergie nucléaire en Espagne a commencé en 1964 avec le début de la construction de trois centrales nucléaires : la centrale nucléaire José Cabrera (avec un réacteur à eau sous pression), la centrale nucléaire de Santa María de Garoña ( réacteur nucléaire à eau bouillante), Vandellós 1 centrale nucléaire (un réacteur à gaz).

Plantes de deuxième génération

Au cours des années 70, la construction de 7 réacteurs nucléaires a commencé. Cependant, deux de ces centrales ne sont pas achevées en raison du moratoire nucléaire qui a suivi.

Usines de troisième génération

La troisième génération démarre dans les années 1980, lorsque cinq projets d'énergie nucléaire sont lancés.

En 1984, un moratoire nucléaire a été décrété pendant le gouvernement socialiste en Espagne qui implique l'annulation de trois de ces projets.

Les centrales nucléaires de troisième génération qui ont finalement été mises en production sont la centrale nucléaire de Trillo et la centrale nucléaire de Vandellós II.

Le moratoire nucléaire a été confirmé en 1994 et le projet de centrale nucléaire en cours de développement a été abandonné.

En février 2011, le gouvernement conservateur a éliminé une disposition légale qui limite la durée de vie utile des centrales nucléaires à 40 ans. Cette année-là, le gouvernement a également levé le moratoire de 1984.

Quel est l'avenir des centrales nucléaires en Espagne ?

En 2020, le ministère de la Transition écologique et du Défi démographique a lancé le Plan national global énergie et climat 2021-2030 . L'objectif de ce plan est de fermer progressivement les sept réacteurs nucléaires encore en fonctionnement.

L'Espagne fait partie d'un groupe de 5 pays qui ont formellement demandé à la Commission européenne que les aides à l'énergie nucléaire soient exclues de l'aide dont bénéficieront les énergies renouvelables afin d'éviter le changement climatique.

La prévision est qu'entre 2025 et 2030, les réacteurs d'Almaraz, d'Ascó I et de la centrale nucléaire de Cofrentes seront fermés.

Auteur :

Date de publication : 11 décembre 2009
Dernier examen : 19 décembre 2021