Menu

Centrale nucléaire Isar, Allemagne

Piscine de combustible nucléaire usé

Turbine d'une centrale nucléaire

Centrales nucléaires en Italie

L'Italie est devenue le premier pays à fermer complètement toutes les centrales nucléaires existantes et à abandonner complètement l'énergie nucléaire.

Les Italiens, par référendum, ont rejeté l'énergie nucléaire. La raison du rejet est due aux conséquences de l' accident nucléaire de Tchernobyl.

Depuis lors, ils dépendent et dépendent du pétrole et, surtout, du gaz d'Algérie et de Russie.

Retour à l'énergie nucléaire

Cependant, en 2009, l'Italie a tourné son attention vers l'énergie nucléaire pour produire de l' électricité.

Les gouvernements italien et français ont signé un accord pour que des entreprises françaises spécialisées dans le développement nucléaire (Areva, EDF) participent à la construction de quatre centrales nucléaires de troisième génération en Italie.

Le 12 juin 2011, un référendum devait se tenir en Italie pour relancer l'investissement dans l'énergie nucléaire. Le gouvernement actuel avait un projet pour démarrer les travaux de quatre usines en 2013 et les rendre pleinement opérationnels en 2020.

Le plébiscite devait se tenir trois mois après le malheureux accident nucléaire de Fukushima au Japon. En raison de l'accident survenu à l'usine japonaise, le pebiscite a été reporté.

Deuxième rejet de l'énergie nucléaire par les Italiens

Enfin, le référendum a eu lieu en juin 2011. 

Le résultat du référendum sur l'Italie de 2011 a clairement démontré le rejet des citoyens italiens au retour de l'énergie nucléaire. Le résultat a été une écrasante majorité de 94% des voix contre le plan de retour à l'énergie nucléaire décrit par le gouvernement Berlusconi.

Central démontés ou en cours de démantèlement

  • Centrale nucléaire de Caorso. Piacenza
  • Centrale nucléaire de Garigliano. Sessa Aurunca
  • Centrale nucléaire de Latina. Borgo Sabotino
  • Centrale nucléaire de Trino Vercellese. Piedmont
Retour aux centrales nucléaires