L'énergie nucléaire est utilisée
dans de nombreux endroits de la planète

La technologie nucléaire est largement
propagation à travers la planète

L'énergie nucléaire en France

L'énergie nucléaire en France

En 1974, le gouvernement français prit la décision d'étendre rapidement la capacité de production nucléaire en France juste après la première crise pétrolière. Cette décision a été prise dans le contexte d'une France dotée d'une compétence substantielle en ingénierie, mais disposant de peu de ressources énergétiques autochtones. L'énergie nucléaire, le coût du combustible représentant une part relativement faible du coût total, une réduction des importations a été réalisée et une sécurité énergétique accrue.

À la suite de la décision de 1974, la France jouit actuellement d'un niveau important d'indépendance énergétique et du coût de l'énergie électrique le plus bas de l'Europe. Il produit également un très faible niveau d'émissions de CO2  par habitant dans la production d'électricité, car plus de 90% de son électricité est produite par l'éenergie nucléaire ou l'énergie hydraulique.

Au milieu de 2010, l'Agence internationale de l'énergie a exhorté la France à assumer de plus en plus un rôle stratégique en tant que fournisseur de consommation à faible coût et à faible consommation d'énergie pour l'ensemble de l'Europe, au lieu de se concentrer sur l'indépendance énergétique qui régissait cette politique depuis 1973. 

Centrales nucléaires en France

Actuellement, 19 centrales nucléaires fonctionnent en France, c'est-à-dire pour la production d'électricité. La plupart de ces installations nucléaires ont plusieurs réacteurs nucléaires. La France dispose ainsi au total de 59 réacteurs nucléaires capables de générer une puissance totale de 63 130 mégawatts (MWe). Tous les réacteurs nucléaires installés en France sont des réacteurs nucléaires à eau pressurisée (REP).

  • La centrale nucléaire de Belleville dispose de 2 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 2620 mégawatts d'électricité.
  • La centrale nucléaire de Blayais dispose de 4 réacteurs nucléaires capables d'obtenir une puissance nette de 3640 MWe.
  • La centrale nucléaire du Bugey dispose de 4 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 3580 mégawatts.
  • La centrale nucléaire de Cattenom dispose de 4 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 5 200 mégawatts d'électricité.
  • La centrale nucléaire de Chinon compte 4 x réacteurs nucléaires d'une puissance nette totale de 3620 MWe.
  • La centrale nucléaire de Chooz dispose de 2 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 3 000 mégawatts d'électricité.
  • La centrale nucléaire de Civaux dispose de 2 réacteurs nucléaires d'une capacité nette de 2990 mégawatts.
  • La centrale nucléaire de Cruas dispose de 4 réacteurs nucléaires capables d'obtenir une puissance nette de 3660 MWe.
  • La centrale nucléaire de Dampierre dispose de 4 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 3560 MWe.
  • La centrale nucléaire de Fessenheim dispose de 2 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 1760 mégawatts d'électricité.
  • La centrale de Flamanville dispose de 2 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 2660 mégawatts d'électricité.
  • La centrale nucléaire de Golfech dispose de 2 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 2620 MWe.
  • La centrale nucléaire de Gravelines dispose de 6 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 5460 mégawatts d'électricité.
  • La centrale nucléaire de Nogent dispose de 2 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 2620 MWe.
  • La centrale nucléaire de Paluel dispose de 4 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 5320 mégawatts d'électricité.
  • La centrale nucléaire de Penly dispose de 2 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 2660 mégawatts d'électricité.
  • La centrale nucléaire de Saint-Alban dispose de 2 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 2670 mégawatts d'électricité.
  • La centrale nucléaire de Saint-Laurent est dotée de 2 réacteurs nucléaires fournissant une puissance nette de 1 830 mégawatts.
  • La centrale nucléaire du Tricastin dispose de 4 réacteurs nucléaires offrant une puissance nette de 3660 mégawatts.

Politique énergétique récente en France

En 1999, un débat au Parlement français a réaffirmé trois aspects principaux de la politique énergétique française:

  • sécurité d'approvisionnement (la France importe plus de la moitié de son énergie),
  • respect de l'environnement (en particulier des gaz à effet de serre)
  • et attention à la gestion des déchets radioactifs.

Il a été souligné que le gaz naturel n'avait aucun avantage économique sur l'énergie nucléaire pour l'énergie de base, et que ses prix étaient très volatils. Malgré des "efforts intenses", aucune solution n'a été trouvée pour les énergies renouvelables et les mesures d'économie d'énergie pour remplacer l'énergie nucléaire dans un avenir proche.

Début 2003, le premier débat national sur l'énergie a été annoncé en France, en réponse à une "forte demande des Français", dont 70% se considéraient mal informés sur les questions énergétiques. Une enquête a montré que 67% des Français pensaient que la protection de l'environnement était le seul objectif de la politique énergétique en France. Cependant, 58% pensaient que l'énergie nucléaire était la cause du changement climatique, alors que seulement 46% pensaient que cela était dû à la combustion de charbon ou d'autres combustibles fossiles. Le débat a principalement porté sur l'élaboration de la définition de la matrice énergétique pour les 30 prochaines années dans le contexte du développement durable aux niveaux européen et mondial.

En 2005, la France a défini les orientations de la politique énergétique et de sécurité par le biais d'une loi. Le rôle de l'énergie nucléaire serait fondamental pour cette politique énergétique, de même que des décisions spécifiques sur le réacteur européen à pression d'eau (EPR), notamment pour la construction d'un premier réacteur nucléaire en vue d'une décision en 2015 sur la construction d'une série d'environ 40 réacteurs nucléaires. Il établit également une politique de recherche pour le développement de technologies énergétiques innovantes allant dans le sens de la réduction des émissions de dioxyde de carbone, en soulignant le rôle des énergies renouvelables dans la production d'électricité, dans les utilisations thermiques et dans les transports.

Au début de 2008, un décret présidentiel établissait un Conseil de politique nucléaire (CPN) de haut niveau, ce qui soulignait l'importance des technologies nucléaires en France en termes de pouvoir économique, en particulier de source d'énergie.

Situation actuelle de l'énergie nucléaire en France

La France se classe au deuxième rang mondial, derrière les États-Unis pour la quantité d'énergie nucléaire et au premier rang pour la densité de population. EDF est la compagnie nationale d'électricité et le premier producteur mondial d'énergie électrique d'origine nucléaire.

En France, il existe 19 centrales nucléaires avec un total de 58 réacteurs nucléaires. Ils sont à une distance maximale de 600 km entre eux et ils sont à moins de 1 km. des maisons.

Certaines centrales nucléaires françaises de première génération, en exploitation jusqu'à présent, ont un avenir incertain en raison de l'accident nucléaire au Japon.

Cependant, les réacteurs français fonctionnent avec une technologie différente de celle du japonais. Celles-ci fonctionnent par le système appelé circuit double, cela signifie que le premier circuit fermé entre en contact direct avec le réacteur à plus de 300 degrés, puis entre en communication avec le deuxième circuit qui génère suffisamment de vapeur pour le fonctionnement des turbines de générateurs de vapeur d'électricité. En revanche, à la centrale nucléaire de Fukushima, la vapeur était produite directement par le seul circuit alors qu'elle passait directement à l'intérieur du réacteur nucléaire.

En France, il n'y a pas beaucoup de partis qui envisagent une modification du modèle d'énergie nucléaire. Il faut tenir compte du fait que 86% de l'énergie générée par la France est produite par des centrales nucléaires.

À l'heure actuelle, la France produit de l'électricité moins chère que d'autres pays et moins agressive en termes d'émission de CO2 .

Développement de la fusion nucléaire. Projet ITER

Dans le sud de la France, à Cadarache, la troisième génération d'énergie nucléaire est étudiée et développée par fusion grâce au projet ITER. Les coûts énormes de ce travail sont financés par un consortium international formé de l'Union européenne, de la Russie, de la Chine, du Japon, des États-Unis d'Amérique, de l'Inde et de la Corée du Sud. Ce type de générateur nucléaire sera beaucoup plus sûr, il y aura moins de déchets nucléaires et il produira trois fois plus d'énergie électrique.

Le projet ITER est un projet international qui vise à créer un réacteur de fusion nucléaire expérimental, capable de produire un plasma en fusion avec une puissance supérieure à celle requise pour chauffer le plasma lui-même. Le réacteur lui-même est conçu pour être équivalent à un réacteur à puissance nulle (nette). ITER est un réacteur à base de deutérium-tritium dans lequel le confinement du plasma est obtenu dans un champ magnétique à l'intérieur d'une machine appelée Tokamak.

Le 16 juin 2016, le conseil d'administration d'ITER a officiellement annoncé que les prévisions initiales pour la date d'allumage du premier plasma étaient supérieures à 5 ans, ce qui indique que décembre 2025 est une date plus réaliste. Le 17 novembre 2016, le conseil d'administration a annoncé que les expériences de fusion deutérium-tritium commenceraient en 2035.

La durée de fonctionnement de l'usine de fusion nucléaire devrait être d'environ 20 ans et, à compter de 2037, la phase de démantèlement devrait commencer à partir de 2037.

valoración: 3.2 - votos 11

Dernier examen: 19 juin 2019